Get Adobe Flash player

Les disciplines du parachutisme

Voler dans les airs, libre comme un oiseau, est un rêve aussi vieux que l’Humanité. Pas étonnant que le parachutisme ait connu un tel succès. Cet engouement a favorisé le développement de nombreuses disciplines :

Précision d’atterrissage

C’est la plus ancienne et la plus accessible au grand public. Le but du jeu est d’atterrir sur un plot de 2 centimètres de diamètre au centre d’une cible. Pour ce type de compétition les sauts se font à 1 000 mètres d’altitude. Elle est la plus pratiquée.

Voltige

Le parachutiste doit effectuer à 200 km/h 6 figures imposées, le plus rapidement possible. On juge également le style en rajoutant des secondes de pénalité pour les erreurs techniques.

Le vol relatif ou VR

Discipline d’équipe (4 ou 8 parachutistes) durant laquelle le groupe doit réaliser une série de figures imposées dans un laps de temps imparti, parachute fermé. Un parachutiste supplémentaire accompagne l’équipe : son rôle est de filmer la performance. Il est responsable de la qualité des images. S’il loupe quelque chose, son équipe est pénalisée.

Voile contact

Identique au vol relatif, à la différence que les figures se font parachute ouvert. Les membres de l’équipe accrochent leurs pieds à la voile d’un coéquipier puis effectuent le programme imposé.

Le parachute ascensionnel

Au lieu de sauter d’un avion ou d’une structure, on utilise un moyen de traction au sol, comme un bateau, une auto ou un treuil. Soit le parachutiste se fait tracter durant toute la durée du vol, soit il se décroche une fois qu’il a atteint l’altitude requise et commence son vol libre.

Le parapente

Un peu similaire au parachute ascensionnel, sauf qu’on utilise une pente afin de s’élancer dans les airs. En utilisant les courants ascensionnels, le parapentiste peut prendre de l’altitude. Cette discipline est un peu à part, vu qu’elle demande de bonnes connaissances concernant le vol. Le parapente se rapproche plus du deltaplane que du parachutisme.

Sky Surf

Comme son nom l’indique, le parachutiste est équipé d’une planche spéciale et « surfe » dans les airs. Pour la compétition, un coéquipier est responsable de filmer la performance du surfer, qui sera notée au sol par les juges.

Free Style

Le parachutiste laisse libre cours à son imagination durant la chute libre. Un coéquipier filme les figures, les juges au sol notent la performance.

Free fly

Cette discipline de saut libre permet encore plus de liberté, les figures pouvant être réalisées dans tous les sens (par exemple tête en bas). Les compétitions se font en équipes de 2 parachutistes + 1 caméraman.

Base Jump

Le parachutistes s'élance d’une structure, comme un building, un pont ou une falaise. Sport extrême, il n’est pas reconnu par la Fédération française de parachutisme.

Le Wing Suit

"Habit ailé" en anglais, le parachutiste revêt une combinaison spéciale qui lui permet de déployer des ailes en toile. Ce dispositif permet de diminuer la vitesse de chute et de la transformer en vitesse horizontale.